background image
95
OEuvres en péril

«
De mauvaises manipulations liées au poids de ces ``toiles`` de béton, la spontanéité
des artistes et la fragilité des matériaux et des pigments utilisés ont très vite imposé des
restaurations, explique Sylvestre Verger. J'ai donc immédiatement demandé à Jean
-Paul
Ledeur, restaurateur d'oeuvres d'art, spécialiste de l'art contemporain, plasticien lui
-même
et avec qui j'entretiens des liens d'amitié depuis de longues années, d'intervenir sur cette
collection. »

Poussé par ses origines lorraines et alsaciennes à accepter cette mission, le Périgourdin
d'adoption s'est attaché à fixer pour la postérité les expressions artistiques déclinées sur
ces supports chargés d'histoire. «
Pour certaines fragments, cela relevait du défi, voire du
cauchemar, reconnaît Jean-
Paul Ledeur. Par exemple, l'Américain Sol Lewitt avai
t utilisé
du rouge à lèvres, l'Espagnol Eduardo Chilida une sableuse... On était plutôt dans
l'éphémère.
»

À travers le monde
Aujourd'hui composée de cinquante pièces, cette collection sauvée grâce au restaurateur
de Castels s'expose un peu partout dans le
monde. Une partie du prix des entrées ainsi
que les bénéfices tirés des produits dérivés, sont reversés à l'Unicef et à d'autres
associations à vocation humanitaire. Les grands noms de l'art contemporain international
se côtoient ainsi, de Madrid jusqu'à
Londres, mais également à Lyon, Nicosie, Cologne,
Genève, Paris, Berlin ou encore Moscou, il y a tout juste un an pour le jour du 20
e
anniversaire de la chute du mur.

Sa mission remplie sur plusieurs années avec succès, Jean-Paul Ledeur a pu à son tour
s'
inscrire physiquement et intellectuellement dans la symbolique même de la chute du
mur, avec la réalisation de «
J'ai choisi ton nom Liberté
».

«
J'ai senti l'émotion monter crescendo au fil de la conception, entre les barreaux éclatés
qui encadrent le bloc.
» Même s'il a participé à deux ou trois expositions avec ses
homologues, le bloc de Jean-
Paul Ledeur n'est pas inscrit au catalogue de l'exposition.

Il poursuit depuis début novembre sa nouvelle vie dans ce petit coin du Périgord, loin du
carcan des dictatures qui emprisonnent la liberté.
(1) Sylvestre Verger est l'organisateur de grandes expositions, dont celles à cette époque
de Picasso au Japon, Miró en Écosse ou encore Giacometti au Danemark. On lui doit
également, de 2000 à 2010, les 17 expositions présentées au musée du Luxembourg à
Paris, qui ont drainé quelque 6 millions de visiteurs.