background image
6
CAHIER 2 La rest
auration et l'esprit de la
tradition
Les premières années de l'atelier furent, en très grande part
ie, consacrées à des
interventions sur l'art ``
classique
'`
, aux techniques traditionnelles. La restauration des
oeuvres fit officiellement son apparition au 17ème siècle, notre rôle étant d'apporter des
suivis de conservation et de prévention aux tableaux et tous supports peints, qui bon gré
malgré, ont traversé les siècles.
Il est toujours émouvant de contempler sur son chevalet ou les murs de chapelles
et d'églises des travaux de créateurs ayant oeuvré au temps des pharaons et au cours
des siècles jusqu'
à nous.
Portraits, paysages, scène de genre souvent des plus grands maîtres se sont
succédés. De même transférer des fresques du 9ème siècle sur des toiles, en ne
récupérant que la couche picturale est un grand moment. Se trouver en contact de Rosso
Primatice, Nicollo Del Abatte au Palais de Fontainebleau, intervenir et recomposer en
grande partie la voûte de la cathédrale de Chambéry (couché sur le dos six heures par
jour pendant plusieurs mois) redécouvrir
des décors dans d'humbles chapelles
savoyardes ou angevines, Notre Dame de la vie, Saint Martin de Belleville, voir surgir un
décor cubiste peint à fresque au 15ième siècle dans l'église du Ronceray à Angers, de
nombreux chantiers se sont succédés, tous, avec des approches techniques différentes.
Les hôtels de LAUZUN et de SULLY à Paris, les châteaux de Coussac Bonneval,
Haute Goulaine ou du Plessis, toutes ces interventions réalisées en tant que restaurateur
des musées, Monuments Historiques, Palais Nationaux et Bâtiments de France et sous le
contrôle de ces autorités.
Le Palais Beauharnais,
ambassade de la République Fédérale d'Allemagne, rue
de Lille à Paris fut l'objet d'une longue intervention pendant cinq années.
Ceci, entres autres, constitue le merveilleux répertoire qui se conçoit dans la restauration
de décors et peintures de toutes les époques.
Les peintures Louis XIII des poutres de la mairie de Charenton, celles du
merveilleux Hôtel de Sully ou des décors muraux de l'Hôtel de Lauzun à Paris, tous
ces
travaux ont un point commun : la recherche des techniques pour la conservation et son
application dans la réhabilitation.
Les
``
anciens
'`
étaient avant tout des artisans qui préparaient leur couleur et dans
l'ensemble élaboraient la technique appropriée à l'oeuvre à concevoir.
La diversité
et la nature des oeuvres à étudier sont une source permanente de remise en
cause, et comme dans les cas ci-
dessus, l'occasion d'une étroite collaboration avec les
artistes, telle que je la conçois aussi pour la prévention.
Le verso d'un tableau en dit souvent très long sur l'état de conservation d'une
oeuvre. Les matériaux
: bois, toile, carton, papier, marbre, verre, métal et d'autres
inhabituels ont des réactions diverses.