background image
56
Plafond de Sam Francis à l'hôtel de la monnaie à Bruxelles.
_______________________________________________________________________
Riopelle
L'artiste a très longtemps travaillé
sur des feuilles de papiers, composant ses
oeuvres par superposition de découpages fixés par des punaises.
Le travail était particulièrement complexe. Il fallait (en dehors d'une importante
documentation photographique à toutes les étapes) calquer l'oeuvre
dans sa vision
définitive.
Enlever ensuite la première couche de collages, numéroter ceux-ci, re-
photographier l'oeuvre, et opérer ainsi de suite par calques et repères. Certaines oeuvres
se composaient de 20 à 30 couches successives et mesuraient aussi de 8 à 30 mètres
carrés.
Nous réentoilions un grand fond en papier blanc, puis sur ce support,
recomposions l'oeuvre à l'envers, c'est à dire a partir de la première composition du
tableau en recollant intégralement, au millimètre près, chaque petits ou grands éléments
de collages.
Pour certaines oeuvres, comme le bestiaire de 1989, nous pouvions, à 4
techniciens, opérer pendant 40 à 50 heures.
``
Jean-Paul Riopelle partage son temps entre son atelier de Saint-Cyr et Paris, où
il loue un appartement chez son ami garagiste René Colomba. Il se rend souvent à
l'atelier de Jean Paul Ledeur, un maroufleur de grand talent qu'il admire.
C'est Ledeur qui maroufle à cette époque la plupart des oeuvres de Riopelle.