background image
32
Le Monde
'' Restaurer l'art contemporain
`'
Michel Guérin
``
Jean Paul Ledeur, roi des bleus.
'`
Jean Paul Ledeur est le plus connu des restaurateurs d'art contemporain en France
:
trente ans de métier, le soutien de la plus grande majorité des galeries, des amitiés avec
Yves Klein, Fautrier, Mathieu, Dubuffet, une réputation internationale. Mais ses méthodes
sont parfois contestées.
Le personnage est truculent, charmeur, un brin poseur. On l'a surnommé ``
Jet
restaurateur
'`, toujours entre deux avions pour se rendre au chevet d'un tableau
-
``
Depuis 1970 je voyage cinq mois par an
'`
-
Il peste contre l'absence d'échanges avec les restaurateurs d'Etat
: ``
Ils ont des
machines ultra sophistiquées et nous un savoir-faire. Pourquoi ne pas collaborer ?
'`
Les profils sont en effet différents : Jean Paul Ledeur est un autodidacte, sans
diplôme. Passer le concours
? ``
Je ne me vois pas me faire noter par mes anciens
assistants
'`.

Autres questions : comment conserver le pigment des tissus ? Comment faire tenir
une sculpture en mie de pain ? Comment fixer du feutre sur du papier hygiénique ? Fixer
la couleur blanche sur de la terre glaise ? Des galets sur du bois
? Le bois gorgé d'eau
tombe en miettes qu
and il sèche. ``
Le Centre atomique de Grenoble a trouvé un moyen
de fossiliser le bois et de lui donner 1 à 2 millions d'années de vie.
'`
Jean Paul Ledeur a
dû prendre la mesure des dizaines de procédés, techniques, et matériaux, parfois
incongrus, qui sont apparus au cours du siècle : peinture acrylique, vinylique ou
glycérophtalique, feutre, stylobille, papier marouflé, variétés de colle, galets, faïence,
chiffon, verre, cire, lave à l'état brut, mie de pain...
``
Mon rôle est de faire en sorte que cet ar
t tienne l'épreuve du temps. De quoi est fait le
jaune Stabylobos et quelle est sa faiblesse ?
'`.

Il est ainsi allé dénicher des couleurs à Ceylan, des terres à Dakar ou en Arizona,
des rouges à lèvres à Londres.
Reste sa philosophie de la restauration, différente de celle des musées : pour Jean
Paul Ledeur, elle doit être toujours réversible, mais ne doit pas être perceptible, suivant
ainsi, ``
la demande des artistes
'`. Il prône``
l'intégrité de l'oeuvre
: Vasarely, César,
Arman, Poliakoff ne veulent pas que la restauration se voit
'`.
Les collectionneurs privés
non plus. On les comprend, une oeuvre abîmée perd de sa valeur. Habilement restaurée,
``
maquillée
'` diront certains, le problème ne se pose plus.