background image
31
La vie française
`' Les premières rides de l'art contemporain
`'
Isabelle Durieux
Années vérité pour la peinture contemporaine : elle se révèle beaucoup plus fragile
que la peinture traditionnelle mais bénéficie des progrès de la science.
Des amalgames de Tapies qui se désagrègent, des aplats d'Ellsworth Kelly qui
craquèlent, des couleurs de Mathieu qui se décollent, des fonds clairs de Hartung qui
virent au gris...L'art contemporain attrape ses premières rides et donne des sueurs
froides aux collectionneurs. Jean Paul Ledeur, un des plus grands spécialistes de la
restauration de peintur
e contemporaine à Paris, s'élève contre les accusations simplistes.
``
On ne connaît de la Renaissance que ce qui est arrivé jusqu'à nous. Léonard de Vinci
était aussi un grand défricheur et combien de fresques ont disparu !
'`. Les précédents ne
manquent pas en effet : le vert de Véronèse, les goudrons de Géricault, les noirs de
Courbet ont mal supporté l'épreuve du temps. Les toiles du XIXe
préparées avec de la
céruse sont irrémédiablement dégradées et toutes les oeuvres impressionnistes ont été
rentoilées.
Mais ce n'est pas une consolation. La peinture contemporaine doit trouver des
remèdes à sa fragilité, et notamment à l'instabilité des matériaux qu'elle a adoptés.
Textures acrylique, vinylique, peinture industrielle. Sans parler de l'usage du bic, du
plâtre, du sable, de la résine, qui évoluent de façon imprévisible. Des coups de feutre sur
kraft de Dubuffet, il ne reste parfois que des sillons dont l'encre s'est évaporée.
L'incompatibilité de certains matériaux entre eux rend parfois la restauration im
possible.
Jean Paul Ledeur, quant à lui, a collaboré étroitement avec Soulages, Fautrier, Yves
Klein, Dubuffet. Signe des temps
: les médecins de l'art s'attachent de plus en plus à la
prévention. Il faut savoir qu'une oeuvre peinte aujourd'hui sera soumise
à la restauration
un jour ou l'autre.
Jean Paul Ledeur
L'étude préventive du squelette de certains spongiaires permet la mise au point de la résine qui, par
infiltrations, rigidifiera la structure de cette ``sculpture éponge'` de Y. Klein
Photographie Nadaf