background image
30
L'E
xpress
`'
Ces
oeuvres
qui s'
autodétruisent
`'
Michel Faure
On connaît la musique
: la peinture à l'huile, c'est bien difficile...
Et du coup, les réserves des musées et les salons des collectionneurs d'art contemporain
recèlent quelques tableaux qui s'effritent, des oeuvres majeures qui s'étiolent, des
couleurs qui s'affadissent, des toiles qui se détendent, peut
-être même, osons le dire, des
croûtes qui s'émiettent. Des tableaux contemporains qui n'avaient pas de prix hier
n'auront peut
-
être plus de valeur demain, faute d'exister encore.
Certaines peintures commencent à s'émietter et à se détacher de la toile. ``
Le
journal
citait notamment un tableau de Hockney, qu'ont peut voir actuellement à la Tate
Gallery, à Londres, intitulé
``
Mr and Mrs Clark and Percy
'`
, qui
``
s'est décoloré et est
devenu gris parce que l'acrylique a absorbé les poussières
'`
. Hockney, que nous avons
cherché
à joindre, n'a fait aucun commentaire, de même qu'
'`
il n'avait pas daigné
répondre
'`
au
``
Sunday Time
'`, selon l'un de ses re
présentants à Londres.

Le grand
journal britannique citait enfin l'un de plus éminents restaurateurs du
royaume, qui affirmait avoir dans son atelier
``
des tas d'acryliques perdus. Pour lesquels
on ne peut plus rien faire
'`
.
Pareille assertion fâche énormément Jean Paul Ledeur, un restaurateur parisien
de réputation planétaire, spécialisé dans l'art contemporain. C
et homme passionné, qui
vit son métier comme celui d'un médecin de l'art, n'aime pas l'idée de l'irréparable.
``
C'est stupide, dit
-
il. L'acrylique se nettoie aussi. Simplement, on ne travaille pas avec
des solvants. L'art moderne exige souvent des solutio
ns originales. Par exemple, avec
une micro sableuse qui projette du talc, je peux effacer sans déchirer le papier d'une
cigarette la marque qui est imprimée dessus. Rien n'est irréversible, il faut juste accepter
l'idée que les oeuvres vieillissent, comme v
ous acceptez que votre femme prenne des
rides. Ce n'est pas un problème d'époque, quelque chose de spécifique à l'art
contemporain, car de tout temps, les artistes ont tenté des
``
expériences
'`.
Regardez Courbet, qui s'était dit que le noir le plus intense, c'était le bitume. Vous
verrez, sur ses tableaux, sauf les parties de chair, tout est noir ou marron, et craquelé
comme une route en été.